Olivier Turbide : Recadrage de l’image politique de GND

Le journal L’Actualité analyse, avec le professeur Olivier Turbide, l’opération de recadrage de l’image politique du chef de Québec solidaire pour l’élection provinciale du 3 octobre prochain, Gabriel Nadeau-Dubois. De la figure polarisante du leader du Printemps Érable, le politicien tente maintenant de montrer une image moins révolutionnaire, opération qui fonctionne beaucoup mieux que celle de Denis Coderre aux dernières élections municipales selon Olivier Turbide.

« Gabriel Nadeau-Dubois ne renie pas son passé », souligne Olivier Turbide. Il ne tente pas non plus d’imiter Françoise David ou Manon Massé, qui ont dirigé les précédentes campagnes de Québec solidaire, ajoute le professeur. « Sur le fond, il reste un intellectuel, un urbain, un orateur, et on peaufine son image autour de ça. On mise sur ses forces pour lui donner une dimension plus humaine. »

Stéphanie Yates : Répondre aux questions sur le lobbyisme

Chaque semaine, dans l’Édito vous répond, les éditorialistes de La Presse répondent à des questions du public. Le 1er mai 2022, c’est grâce à la professeure Stéphanie Yates que Pierre Mercure a pu répondre à la question de Réal Bilodeau pour mieux comprendre le fonctionnement des lobbys au Québec. La professeure explique l’importance du mécanisme de lobbyisme dans un système démocratique tout en rappelant qu’une mise à jour s’impose pour rendre plus transparent les jeux d’influences de la sphère politique.

« Pour moi, il est très clair que le lobbying est une activité légitime en démocratie. On ne veut pas que les gouvernements gouvernent en vase clos et prennent des décisions qui ne sont pas éclairées par la réalité du terrain », dit-elle.

Sara Germain : Un désintérêt envers la guerre en Ukraine?

Alors qu’est passé le cap des 100 jours de guerre en Ukraine, le texte de notre chercheuse étudiante Sara Germain demeure tristement d’actualité. Dans ce billet d’opinion paru La Presse le 12 mai dernier, la chercheure s’interroge sur le désintérêt des canadien∙ne∙s face au conflit. Et qu’en est-il du rôle des médias dans cette crise?

« Est-ce que les populations occidentales sont prêtes à accorder leur attention à ce conflit et à soutenir les décisions de leurs gouvernements pour venir en aide à ce pays pour encore plusieurs mois ? Si la guerre en Ukraine bénéficie encore d’une couverture médiatique assez conséquente, ce conflit, qu’on prévoyait de courte durée, nécessitera beaucoup plus que le changement temporaire d’une photo de profil Facebook »

Ce n’est pas la première fois que Sara Germain commente l’actualité du conflit entre la Russie et l’Ukraine. Elle s’est intéressée à l’univers narratif de Poutine ainsi qu’à la place des femmes ukrainienne dans les processus de négociations.

Séminaire Labfluens | Présentations des étudiant·e·s

Le dernier séminaire de l’année 2021-2022 cherche à mettre de l’avant les travaux des étudiant·e·s membres en créant un espace de discussions constructives entre les membres. Quatre étudiantes ont accepté de présenter leurs travaux le 17 juin 2022 de 13h à 16h.

Programmation :

  • 13h : Mot d’ouverture
  • 13h15 : Sara Germain  
  • 13h30 : Période de discussions
  • 14h00 : Marie-Eve Gosselin
  • 14h15 : Période de discussions
  • 14h45 : Pause (collation fournie)
  • 15h00 : Nathalie Gagnon 
  • 15h15 : Période de discussions  
  • 15h45 : Clôture 

Veuillez noter qu’il faut être membre du Labfluens pour assister à ce séminaire.

Résumés des présentations

Sara GermainL’utilisation de VK par des « agents étrangers » en Russie : présentation de la méthodologie et résultats préliminaires 

Cette communication s’intéresse à l’utilisation du réseau social Vkontakte (VK), par des ONG qualifiées d’« agents étrangers ». Plus précisément, elle présentera les résultats préliminaires d’une ethnographie en ligne (Jouët & Le Caroff, 2013) et d’une analyse thématique du discours (Paillé & Mucchielli, 2012) pour tenter de déterminer si ces acteurs issus de la société civile véhiculent réellement un discours basé sur l’hégémonie libérale de l’Occident sur VK et quelle forme prend leur discours en ligne. Pour ce faire, les concepts d’hégémonie et de contre-hégémonie (Cox, 1987; Gramsci, 2012; Macleod & O’Meara, 2010) et de plateformisation des discours (Alloing et al., 2022; Gillespie, 2010; Vitali-Rosati, 2018) seront mobilisés.


Marie-Eve GosselinIl était une fois… l’histoire d’un grand déchirement social 

“Only when we’re brave enough to explore the darkness will we discover the infinite power of our light.” (Ce n'est que lorsque nous serons assez courageux pour explorer l'obscurité que nous découvrirons la puissance infinie de notre lumière.)  — Dr. Brené Brown, Daring Greatly 

Le Canada est un pays qui s’est beaucoup ouvert à l’immigration depuis 1976, le Québec a bien sûr emboîté le pas, fait sa part et a accueilli cette diversité ethnique, religieuse et culturelle. Des chercheurs affirment que plusieurs politiques étaient d’avis, à l’époque, que la Loi canadienne de l’immigration, adoptée pour répondre aux nouvelles réalités de l’immigration internationale au pays, aurait un effet sur la fragmentation sociale dans la société québécoise. L’État ne pouvant tout soutenir, ces politiques observaient que les nouveaux objectifs en matière d’immigration allaient malmener la cohésion sociale.  

Depuis 2015, suivant les événements de la crise des accommodements raisonnables, l’épisode de la Charte des valeurs et l’accueil des réfugiés syriens au Canada, plusieurs groupes d’extrême droite ont vu le jour dans la ville de Québec. Les personnes adhérentes aux groupes d’extrême droite se fédèrent autour d’une position hostile à l’immigration. Ces groupes sont également reconnus comme ayant des comportements xénophobes, islamophobes et de poser des gestes à caractère haineux envers les communautés ethniques, culturelles et religieuses; les musulmans en particulier. 

Notre objet de recherche principal dans le cadre de ce projet est l’effet du cadrage des médias sur les représentations sociales des personnes (ou communautés) immigrantes qu’ont des personnes adhérentes à des groupes d’extrême droite. Notre présentation portera sur la problématique que nous cernons et nos réflexions actuelles quant aux cadres théoriques à mobiliser.


Nathalie GagnonLes différentes conceptions du pouvoir et de l’influence dans l’étude des interactions entre professionnels/professionnelles des communications et cadres dans les bureaucraties du savoir 

Les acteurs et actrices du domaine des communications sont de plus en plus appelés à collaborer à des mandats liés à la planification stratégique ou à la gestion des risques. Ma question de recherche a été posée ainsi : Dans les bureaucraties du savoir, quelles dynamiques de pouvoir se révèlent dans les interactions que ces professionnels/elles des communications entretiennent face à la haute direction? Comment, par exemple, s’expriment les rapports en situation de négociation-décision, quel type de processus décisionnel est mis de l’avant et au cœur de quelles dynamiques ces personnes dégagent-elles leur marge de manœuvre? Cet objet appelle plusieurs champs et même d’autres disciplines à la rescousse… Comment puis-je dégager de la cohérence à travers les diverses conceptions du pouvoir et de l’influence que cette recherche appelle? Votre éclairage est le bienvenu!